Analyser vos data analytics en profondeur avec Explorer | Analytics

La bonne pratique : un bon moyen d’être réactif en cas de chute de trafic : paramétrer une alerte dans l’outil Watcher. Simple, rapide et hyper efficace.

Cas n°2 : comprendre pourquoi un taux de rebond est élevé

Autre situation. Vous venez de lancer votre campagne de recrutement, avec tout le dispositif qui va bien : display, emailing, liens sponsorisés… Et surtout, une mise à jour de la page Carrières de votre site. Mais vous constatez un taux de rebond global relativement élevé (+ de 60 %). Humm… On pourrait se dire : le visiteur a trouvé l’offre qu’il cherchait, et il est aussitôt reparti… (version optimiste…). Mais peut cela peut aussi traduire un faible intérêt de l’internaute pour votre contenu. Généralement, un candidat se renseigne sur l’entreprise et parcourt plusieurs pages. Voyons sur quel levier agir pour améliorer ça.

Que faire ?

Déjà, bien distinguer le taux de rebond du site et celui des pages. Il peut y avoir des disparités importantes entre les 2. Par exemple, pour un site de contenu, le taux de rebond peut être de 20 % pour la page d’accueil, mais de 70 % pour les articles. Faites également la différence avec le taux de sortie, qui prend en compte des visites à plusieurs pages (à l’inverse du taux de rebond qui comptabilise les visites à une seule page).

Mais revenons à notre exemple. Pour décrypter le taux de rebond de votre campagne RH, vous devez segmenter votre analyse. L’idée est d’analyser la performance des sources de trafic organique d’une part. Puis de vos campagnes marketing de l’autre. Vous saurez sur quoi concentrer vos efforts.

Premier constat : le taux de rebond est grosso modo identique au taux de rebond global pour les sources naturelles (+ de 60 %), mais beaucoup plus bas pour vos campagnes (env. 35 %).

Analyser vos data analytics en profondeur avec Explorer | Analytics, ONLY infoTech
Application d’un segment depuis l’interface

Ok, mais un taux de rebond bas (qui est un signe plutôt positif) ne signifie pas que la conversion est bonne. Regardez maintenant si vos différentes sources convertissent bien. Rendez-vous sur une page de conversion significative (page de soumission d’une candidature par ex.) puis segmentez sur les sources naturelles, puis sur vos campagnes. Comparez les ratios par rapport au volume de trafic global. Si l’un ou l’autre de ces canaux (campagnes vs trafic organique) convertit bien, posez-vous la question d’investir un peu plus sur ce levier.

N’en restez pas là. Affinez encore votre analyse. Envoyez votre jeu de données dans votre outil de data mining (Data Query, si vous utilisez AT Internet). Ajoutez des croisements, dimensions ou métriques personnalisées supplémentaires. Focalisez-vous par exemple sur vos campagnes d’emails, essayez d’identifier la localisation géographique des visiteurs, les devices utilisés… Bref, allez plus loin !

You might also like More from author

Leave A Reply

Your email address will not be published.